mardi 6 novembre 2012

Les Editions Luis Casinada : Histoire et Catalogue



            

... mais déjà, nous laissons des traces. 
Alors, laissons aussi des commentaires. 


                     

            D'abord les séquences chronologiques des éditions LUIS CASINADA
Acte 1 : de 1993 à 2003, Guy Barral édite 15 livres illustrés par des peintres et des plasticiens. 
Acte 2 : de 2004 à 2012, sommeil.
Acte 3 : 2012, Sébastien Hervouet propose de relancer l'activité. L'activité est relancée. 

          Il y a donc 20 ans, en 1993, paraissait le premier livre des éditions Luis Casinada : Pirate, 5 nouvelles de Joseph Delteil illustrées par Isabelle Marsala


              Comment en est-on arrivé là? 
Il y avait chez moi (Guy Barral) un désir lointain et ambigu de faire des livres. 
Il y avait alors chez moi, sur mon bureau, des piles de manuscrits inédits de Joseph Delteil. 
Il y avait une énorme imprimante LaserWriter (MacIntosh, motorisée Canon) qui acceptait miraculeusement toutes les formes de papier.  
Il y avait autour de Montpellier des peintres en veux-tu en voilà, et des bons! 

Mais il y avait aussi : 
            Une répugnance pugnace à ajouter du livre aux livres. 
A 16 ans, ma rencontre avec Mallarmé était un coup de foudre. Mais qui ressemblait à La Princesse au petit pois. Dans un édredon de délices, un mot du Maître me blessait de l'épiderme aux moelles : PUBLIE! 

           Près de 50 ans après, je n'ai toujours pas digéré cet impératif mallarméen. Je ne sais toujours pas pourquoi il faudrait publier. J'ai plus tard été heureux de lire chez Valéry (qui a tant publié) l'esquisse du même doute, théorisé par Monsieur Teste. J'ai souri quand Jacques Lacan (qui a tant publié) écrit poubelisation pour publication. 
Bref, j'aime le livre, mais n'ai jamais compris pourquoi les auteurs publiaient et pourquoi les éditeurs-recéleurs éditaient.
Teste-Mallarmé est-il inférieur à Stéphane Mallarmé? La scholastique dit oui, le rêve dit non.
Bref, je me suis décidé à éditer, mais peu.  
Mais presque rien : casi nada
Très peu d'exemplaires. Peser si peu, furtivement. 
Casinada, c'est aussi une réminiscence des livres de Vladimir Jankélévitch : Le Je-ne-sais-quoi et le Presque-rien. 

           Ceci posé, (publier peu), la divine surprise fut de constater que ça me libérait d'une corvée terrifiante : commercialiser mes productions. 
30 exemplaires, c'est assez facile à vendre (quand le produit est bon), et si par hasard ça se vendait mal (il reste toujours quelques exemplaires), la gamelle financière n'est pas un abîme.

        Après, le premier pas franchi, le vouloir-vivre de l'édition m'a emporté jusqu'à publier 15 livres en 10 ans. (Plus quelques babioles intimes).
Chacun sera à son tour présenté dans ce blog, chacun aura sa notice détaillée et anecdotique (ce sont des livres à palabres). 

Mais si quelqu'un demandait dès à présent le programme, voici le  
catalogue des livres publiés dans ce premier élan

PIRATE
Cinq textes de Joseph DELTEIL
Cinq peintures originales d'Isabelle MARSALA
Les textes sont imprimés sur papier japon Dosabiki. Les 5 fascicules, en cahiers, comportent chacun une photo d'Henk Breuker sur laquelle I. Marsala a peint 5 métamorphoses de Delteil. Les exemplaires sont tous différents, signés de l'illustratrice et de l'éditeur. 
Reliure coffret en noyer centenaire conçue par Olivier Fischer.
Format : 15 x 15 cm. 
Tirage à 30 exemplaires H.C.



 TORERO
Texte inédit de Michel ZOOM-CERVERA
Sculpture de Jean-Paul BOCAJ
Le texte est imprimé sur des banderolles (6 x 46 cm) de papier redoré à la main. Il est présenté en spirale à l'intérieur d'une boite de fer verni tapissée sur sa face interne de peau de taureau tanée avec ses poils. 
L'extérieur porte une sculpture peinte par Jean-Paul Bocaj (seins de femme et tête de taureau). 
Numérotation et signature de l'artiste sur la boite.
Tirage à 25 exemplaires. 



LOU GRAND OPERA DE LAS SIDOULAS
Pièce de théâtre de L'ESCOUTAIRE (François DEZEUZE).
Quatre dessins réhaussés d'aquarelle par François DEZEUZE(petit-fils)
La pièce, créée en 1900 met en scène une réunion d'amis de la bouteille et de la philosophie dans un mazet des environs de Montpellier. 
Sur papier japon Iiaxuan extra léger.
Couverture en carrelages de faïence verte, terre vernissée, tels qu'on les fabrique depuis des siècles à Saint-Jean-de-Fos (Hérault)
Format à l'italienne 18 x 12 cm.
Tirage : 30 exemplaires 


En cliquant sur les photos, elles deviennent grandes !!!


MENTEUR ! 
Trois textes de Joël JACOBI
Quatre linogravures réhaussées d'acrylique par Hervé DI ROSA.
Les textes sur papier Japon Dosabiki forment trois cahiers ayant chacun en frontispice une linogravure originale d'Hervé Di Rosa.
Un frontispice général est inclus dans le couvercle coulissant formant le premier plat du coffret en cristal synthétique transparent. 
Format 16 x 16 cm.
Tirage à 25 exemplaires et quelques hors commerce.




EPHEMERIDES
Texte de Bernard TEULON-NOUAILLES
Deux arrachements par André-Pierre ARNAL
Trente textes, un mois fictif dont les jours évoquent plus des prénoms de peintres que les calendriers connus, parlent des multiples aspects de l'arrachement.
Dans une boite noire (28 x 12 x 8 cm), le texte, sur papier toilé, est disposé comme un éphéméride sur une planchette  inclinée. 
La face supérieure du coffret et le support intérieur portent chacun un arrachement d'Arnal.
Tirage : 40 exemplaires (dont 15 H.C.)



LES DEMINEURS
Texte de Bertrand DU CHAMBON
Quatre dessins polychromes par Isabelle MARSALA
Sur papier Japon Kinryu blanc.
Reliure en bois bleu de Perse et perles d'opaline.
Format à l'italienne 20 x 16 cm
Tirage à 30 exemplaires.


En cliquant sur les photos, elles deviennent grandes !!!


NAISSANCE D'UN MONSTRE EPOUVANTABLE ENGENDRE D'UNE BELLE ET JEUNE FEMME NATIVE DE MARK A DEUX LIEUES DE CALAIS.
Texte : une mazarinade ou "canard" endiablé resté anonyme de 1649.
Un morceau de tableau de Jean-Paul BOCAJ.
La toile de Jean-Paul Bocaj a été découpée en 30 carrés de 16 cm de côté, chacun venant, numéroté et signé par l'artiste, illustré un exemplaire. Les photos de trois états du tableau sont jointes au fragment original. Le tout est inséré dans une pochette en basane rustique fermér par une boule de buis et marquée au chiffre de l'éditeur. 
Tirage : 30 exemplaires. 


Ajouter une légende



LES ROYAUMES COMBATTANTS
Un texte de Christian SKIMAO
Trois dessins de Daniel DEZEUZE réhaussés de crayon gris et encadrés d'une bordure dorée. 
Sur papier coton du Moulin de Riom.
Reliure verte à la chinoise en lamelles de bois de store.
Format : 12 x 23 cm.
Tirage à 50 exemplaires, dont 25 H.C.





A SHELLEY
Poème inédit de Jean COCTEAU
Quatre dessins polychromes (gouache et acrylique) par Karen THOMAS
Poème daté de 1913.
Sur papier Japon Sanmore (en partie translucide) pour le texte et Kuji pour l'illustration. 
Format à l'italienne 32 x 16 cm.
Tirage à 45 exemplaires, dont 15 H.C. 
En cliquant sur les photos, elles deviennent grandes !!!


UNA NUOCH DE LUNA PLENA
Un texte de Max ROUQUETTE
Cinq dessins réhaussés à l'acrylique d'Isabelle MARSALA
Sur papier Japon Dosabiki
Un chassis évoquant le tambourin, en bois de bambou contient une couleuvre de Montpellier d'un mètre et demi lovée sous le corps du livre. La version française est cachée sous l'ensemble.
Format 28 cm de diamètre. Corps du livre : 16 x 20 cm. 
Tirage à 40 exemplaires




PEINDRE / ECRIRE
Une peinture d'Anne SLACIK
sur un texte de Guy BARRAL
Le texte peut être présenté comme un tableau 52 x 82 cm ou être replié dans son coffret de plexi cristal 17 x 22 cm.
Peinture acrylique, pigments et terres plein format sur un texte imprimé.
Papier pur coton du Moulin de Riom marouflé sur toile, et peint plein format.
Tirage à 15 exemplaires, dont 7 H.C.

En cliquant sur les photos, elles deviennent grandes !!!


SCULPTER / ECRIRE
Une intervention de Dominique LONCHAMPT
sur un texte de Guy BARRAL
Le texte peut être présenté comme un tableau 52 x 82 cm ou être replié dans son coffret de plexi cristal 17 x 22 cm.

Gravure de pigments de terre , empreintes, objets en pierre et cuir en plein format sur un texte imprimé.
Papier pur coton du Moulin de Riom marouflé sur toile, et peint plein format.

Tirage à 15 exemplaires, dont 7 H.C.






                Il resterait à parler de la collection Peuchère ! ... mais alors, là...

                 Une fois ces 15 livres faits et bien faits, presque tous vendus, je crois que je me suis mis à les compter et j'ai dû m'endormir. Ou alors c'est l'a-quoi-bon, ou pire l'interrogation sur l'action restreinte au maximum qui m'a freiné. Traîner un landau sous l'eau, dit Michaux. 
8 ans de sommeil. 

Et on passe à la 3ème tranche, nous y sommes.

                Un jour, Sébastien Hervouet choisit dans les réserves de la Médiathèque de Montpellier quelques livres de bibliophilie contemporaine pour une exposition. Par gentillesse, il sélectionne quelques uns des "miens". Et, en préparant les phrases qui doivent entourer ces livres, il se pique au jeu, m'envoie un mail qui dit "Il faudrait refaire des choses, si tu relances les éditions Luis Casinada, j'en suis". 
Oh que n'avait-il pas dit ! 
Nous voilà à discuter. Pas à se demander s'il fallait refaire quelque chose, mais qu'est-ce qu'il fallait faire. 
              Première idée, une revue. Je crois que l'idée venait de moi puisque je l'avais exposée à mes collègues de l'Entente Bibliophile de Montpellier, qui avaient dit :                          (ici, un blanc, figure typographique du silence). Je crois aussi que l'idée venait de moi parce qu'elle était mauvaise. Une revue, c'est une ligne éditoriale définie, du relationnel a gogo avec des écrivains, de la périodicité assumée, de la diffusion forcenée. C'était donc une mauvaise idée. 
             Deuxième idée, meilleure. Se servir des textes comme déclencheurs de réaction graphique. On va chercher des perles dans la littérature passée (parce qu'il n'y a pas de date de péremption pour l'art ou la littérature, aucun progrès, aucune actualité dans ces trucs là). Et on va demander à des peintres, des graphistes, des photographes, etc, de travailler là dessus. 
             C'est à dire, en un mot, que la littérature sert de pré-texte à une création graphique. En conséquence, sur nos pages de titre, les couvertures de nos livres l'illustrateur passe avant l'auteur du texte. Nous ne prétendons pas faire découvrir Mallarmé ou Bossuet, mais nous sommes fiers de susciter et de présenter des oeuvres de peintres qui s'en seront inspiré. 
             Troisième idée : on fait une collection ! On va enfiler un carcan, le même pour tous, aux artistes. La présentation de tous les volumes sera la même, et cette similitude va mettre en relief, valoriser joyeusement les libertés et les écarts dont chaque créateur va remplir notre moule. 
               Quatrième idée : Mais bon sang, mais c'est bien sûr! C'est évident que c'est ça qu'il faut faire.  Et si on appelait la collection PARCE QUE ! ? On appelle la collection Parce que!
Le logo de la collection PARCE QUE !


  Et voilà ce que ça donne

En cliquant sur les photos, elles deviennent grandes !!!

           Un coffret de 17 x 17 cm (on ne s'est aperçu qu'ensuite qu'on avait réinventé le nombre d'or du mythique 45 tours). Les deux faces sont en plexi cristal transparent, ce qui permet de mettre en évidence, sur la face 1, le frontispice illustré sans aucun texte, et sur le verso du volume la page de titre. 
Le tout est retenu par des soutiens en aluminium
Reliure à la chinoise, avec les feuilles doublées sur elles mêmes. 
Papier japon Awagami Hosho  80 gr. . Il s'agit d'un papier très léger, souple et d'un blanc éclatant. 
Tout le reste est laissé à l'initiative des artistes qui peuvent utiliser toutes les techniques qu'ils veulent, à condition qu'elles rentrent dans cette boite.
Cette présentation permet deux utilisations (outre la lecture et la contemplation) du livre. Soit on l'expose côté frontispice, et on a, mesdames et messieurs, un fort joli tableau, soit on le range avec ses autres livres sur des étagères où il se trouve comme un poisson dans l'eau. 

Voilà. 

       Le premier sorti dans cette collection Parce que! sera celui où Sébastien Hervouet (noblesse oblige) illustre de 6 linogravures (et un découpage) un texte d'Henri-Pierre Roché, publié en 1921 sous le pseudonyme de Jean Roc : Don Juan et la petite sirène.


Détail : Chaque volume de cette collection sera vendu 100 €, port compris.

PS : Si vous voulez nous contacter, c'est facile : il suffit de cliquer sur nos noms dans la rubrique "Qui sommes-nous"  à droite de l'écran, ou en bas de chaque message.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire